Je m’appelle Maria Mercanti-Guérin. Je suis parisienne depuis vingt ans mais retrouve ma région d’adoption (l’Hérault) dès que j’ai un peu de temps. Mon père est un italien du nord, ma mère est maltaise. J’ai été élevée par un oncle russe. Avec mon mari, nous avons adopté deux petites chinoises. Je ne suis pas citoyenne du monde. Le déracinement est une forme d’identité comme l’est la langue dans laquelle je pense et écris : le français.

grove-of-trees-away-mood-landscape

Après dix ans passés à pratiquer le marketing dans deux grandes sociétés automobiles, j’ai enseigné onze ans à l’université, passé une thèse et une habilitation à diriger des recherches, développé un certificat de compétences en marketing digital au Cnam. Aujourd’hui, je continue à faire de la recherche et à m’intéresser au monde du numérique et de l’innovation.

Ce site est le réceptacle de mes interrogations, productions, lectures sur la société digitale telle que je la perçois. Je suis à la croisée du monde de l’entreprise et de la recherche, de la technologie et du marketing. Je suis aussi à la croisée du monde du papier, de la voiture et de celui des robots, des écrans et de la numérisation. J’aimerais être née beaucoup plus tard pour voir le monde qui vient. C’est pour cela, que je retiens et capte tout ce qui peut s’apparenter à une petite lucarne sur la société que vivront mes filles et bien au-delà des humains du XXIème siècle.

Vous trouverez sur ce site les billets du blog consacré au numérique. Dans Visions Digitales, j’explore les lectures, salons et contenus qui m’ont surprise ou interpellée d’un point de vue digital et prospectif.

pexels-photo-371588

Dans Parcours, j’ai mis en ligne CV, missions de conseil, interventions pédagogiques mais ce site n’est plus une plate-forme pédagogique comme il l’a été pendant de nombreuses années. Il est résolument tourné vers l’avenir, la prospective et mes nouvelles envies professionnelles. Je remercie, néanmoins, les 300.000 visiteurs (950.000 pages téléchargées) de l’ancien site ouvert en 2012. Après le collaboratif, le moment est venu de se faire plaisir, tout simplement.